Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Tiffany Harrpers | October 22, 2014

Scroll to top

Top

No Comments

Une maison bois avec la règlementation thermique 2012

Livrée en 2014 : Maison bois à la RT 2012 B bio max
claude

Les étapes nécessaires à la construction d’une maison bois répondant à la réglementions thermique 2012

Notre expérience dans la maison bois, notre sens du détail ainsi qu’une approche rigoureusement respectueuse des normes, font de TH&Co le partenaire idéale pour les constructions bois à forte valeur ajoutée.TH&Co s’engage à produire un habitat sein, écologiquement responsable, capable de répondre en tous points aux exigences et attentes de nos clients.

L’enjeu du projet

Un défit pour une réalisation conforme à la réglementation thermique

Données techniques

• Lieu de construction SERGY 01
• Altitude de la construction 675 m
• Zone climatique H1c
• Zone sismique III
• Zone vent II
• Zone neige III
• Charge climatique admissible : 130 daN/m2



Un permis de construire obtenu en 2012

Même si l’obtention du permis de construire est intervenue en 2012, le propriétaire souhaitait investir dans un projet de construction dirigé vers les normes de la RT 2012.
L’impulsion de la démarche était renforcée par le fait que la mairie accordait une augmentation de la SHON disponible par deux délibérations municipales pour une réalisation utilisant les énergies renouvelables.

Un projet parti d’une page blanche

Nous avons donc travaillé en partant d’une page blanche pour une concertation productive avec le futur Maitre de l’ouvrage.
Nous avons pris connaissance des éléments, concernant le terrain support, constitués par un plan de bornage,un plan topographique et la règlementation édictée par le plan d’urbanisme de la commune dont dépend l’habitation.

Les études et La conception

Un projet concerté

Une découverte a été initiée afin d’édifier un premier projet qui ne répondait pas réellement aux aspirations de vie des futurs habitants.Nous sommes repartis en étude avec une écoute plus attentive et plus de concertation jusqu‘à ce que nos clients et nous-même soyons satisfaits par notre création commune tout en restant dans l’enveloppe budgétaire allouée pour l’opération.

L’étude géotechnique G12.

Le terrain est constitué en sous-sol par un plateau morainique sur lequel circule des eaux de ruissellement descendant de la colline en amont. Si la résistance mécanique du sol est bonne,les eaux courantes en sous- sol apparaissent à l’occasion de dégradations climatiques. Un système performant de collecte et de drainage des eaux de ruissellement au niveau des fondations a été réalisé.

 » La RT 2012 Prévoir la regle des 1/6 minimum concernant la surface de vitrage . la construction comporte 90 m2 de vitrage pour 201 m2 de murs soir 1/3 de la surface totale avec une structure poteau poutres.
Un défi pour une réalisation conforme à la règlementation thermique.. »

Définir la qualité énergétique du bâti sans les équipements avec un bureau d’étude thermique :
le B bio max

Description de l’enveloppe

Le BBio exprimé en points, permet de déterminer le bon niveau de conception bioclimatique du bâtiment en intégrant la qualité de l’isolation thermique,l’étanchéité de l’enveloppe, l’inertie de la structure, le rôle des vitrages, des surfaces solarisés pour les apports d’énergie solaire et de lumière naturelle.

le BBio valide les choix réalisés pour la construction du bâti.

La maison édifiée sur 3 demi-niveaux, comporte une façade sud plein vitrage sur deux étages en poteaux poutres et verre. Avoir une étanchéité parfaite sur ce type de technique de construction nécessite un doublage isolant intérieur de la structure, poteaux poutres inclus, les ailes des menuiseries venant en compression sur le doublage.

Outre la conception des espaces de vie et de l’architecture générale, nous avons étudié une implantation susceptible de permettre au bâtiment de récupérer les rayonnements solaires afin de capturer de l’énergie en hiver. Nous avons attaché de l’importance à la performance thermique des vitrages renforcée pour la protection d’été par des stores à transmission lumineuse et à forte réflexion.
Ces stores sont radio commandés et coulissent entre les poteaux avec enroulement intégré derrière le doublage d’isolation posé sur le contreventement intérieur et donc invisible.

Le reste du bâtiment est réalisé en panneaux porteurs avec contreventement filant, intérieur et isolation entre poteaux de 140 mm d’épaisseur.
Enfin une isolation périphérique de 40 mm extérieure sans rupture en fibre de bois et à forte résistance de compression annihile les ponts thermiques.

L’isolation de la dalle est réalisée par un TMS de 100 mm posé sur un ravoirage de 5cm d’épaisseur et recevant une chape de finition de 5cm.
L’isolation en toiture est constituée par 260 mm de laine ISOCONFORT R35 croisée sous chevrons.
La couverture est en tuiles terre cuite plate anthracite,les égouts de toiture sont intégrés non apparents.
Le revêtement extérieur est en pin extrudé laqué à chaud venant à fleur des poteaux et des tableaux de menuiseries avec joints négatifs. Les poteaux, rives et bandeaux sont Laqués.

Les coefficients de résistance thermique des éléments constitutifs de l’enveloppe

les murs, la toiture

TMS MF SI en 100 mm => RD = 4,65 (m²K/W)
Comparaison RT 20012
Isolation sur VS 3.4 < R < 5
Sur terre-plein : 2,4 < R < 4

Résistance thermique des murs R= 4..81 m2K/W
Comparaison RT 2012
Pour les murs : 3,2 < R < 5,5

Résistance thermique des ISOLANTS en Rampants
Isolation entre chevrons et isolation croisée
240 cm Iso R35+25cm laine de bois
densité 100 Kg/m3 R= 7,42 m2K/W
Déphasage 6 heures
Comparaison RT 20012
Pour le toit : 6,5 < R < 10

les vitrages

coefficient U
- Vitrage à faible émissivité ARGON
- Vitrage WARM EDGEI
- VITRAGE 4/16/4 Coefficient U = 1.1 W/m2K
- VITRAGE 44/2 Coefficient U = 1.2 W/m2K
- VITRAGE SP 10 Coefficient U = 1.1 W/m2K

Répartition des vitrages
- 51.78% orientées vers le Sud
- 10.73% orientées vers le Nord
- 24.47% orientées vers l’Ouest
- 13.02% orientées vers l’Est

Les équipements techniques

le chauffage:

L’option choisie est un chauffage hydraulique au sol avec production d’eau chaude sanitaire et chauffage par pompe à chaleur. Ce système est réversible et permet un contrôle de la température en été sans être comparable à l’efficacité d’une climatisation.

La VMC double flux:

La ventilation a pour vocation d’évacuer l’air vicié des logements en le renouvelant par de l’air frais.
La VMC double flux est une ventilation permettant d’insuffler de l’air frais dans les pièces sèches et de l’extraire dans les pièces humides de la maison, formant ainsi un circuit.
L’air entrant par le système dans la maison est réchauffé par le flux sortant.
Le but est de réchauffer l’air neuf introduit dans le logement en récupérant la chaleur de l’air évacué.
L’économie sur les pertes d’énergie est en théorie de 70%, il permet donc de réduire la facture de chauffage.Cependant son installation nécessite une isolation des gaines et une évacuation des condensats ainsi que de la vigilance dans l’entretien.

Le puits canadien hydraulique:

Tous les équipements ont des limites ainsi la VMC double flux perdra de l’efficacité si l’air extérieur descend en négatif de façon significative. Le système ne pourra alors qu’insuffler de l’air froid à l’intérieur de l’habitation. Evidemment il y aura toujours un gain par rapport à une entrée d’air directe.
En été l’ai insufflé sera aussi chaud que l’air extérieur.
Pour pallier à ces inconvénients, réguler l’air d’entrée en amont de la VMC double flux par un puits canadien hydraulique parait être une alternative intéressante.
Un circuit hydraulique de +/- 100 mètres est posé dans le sol cette eau (glycolée) traverse un échangeur eau-air. L’air aspiré par la VMC passe par cet échangeur placé en amont du groupe de ventilation ce qui permet de le réguler à 10°C avant son entrée dans le système.

Enfin une cuve de 10 000 litres de récupération des eaux de toiture avec filtration et réinjection dans le circuit sanitaire est installée et un bassin de rétention des eaux de surface assure
le retour au réseau des EP par un débit de fuite contrôlé.
Les eaux collectées des bas de fondations sont drainées vers un puits en aval puis remontées par une double pompe vers le réseau des eaux pluviales.

La réalisation des objectifs

les choix ont été déterminés par la volonté de réaliser un habitat sain , sans humidité , confortable,non sensible aux dérèglements climatiques, sans utiliser des techniques énergivores comme la climatisation.
Nous avons recherché un peu d’autonomie en minimisant la consommation d’eau potable,en utilisant la situation géographique de la construction. Nous aurions peut-être pu également envisager un système de production d’électricité afin de réduire un peu plus la dépendance des fournisseurs d’énergie; mais beaucoup de réserves nous sont apparues sur ce sujet .

Next Story

This is the most recent story.

Submit a Comment